Magalon, Guillaumes



Magalon, Mengeaud, Toche, Lions, Cazon, Lance... sont des noms typiques des divers hameaux de Guillaumes.
L'histoire de ces familles se situe sur le cours supérieur du Var, sur les flancs occidentaux du massif de l'Argentera.

La commune de Guillaumes se trouve en Provence.
 
Le comte Guillaume Ier y a établi un camp militaire au Xe siècle, dans le cadre des guerres contre les Sarrasins.

Dans les années 1230, Raymond Béranger V y a fait construire un château, autour duquel s'est développé ensuite une ville nouvelle, qui forme le village actuel de Guillaumes.

Le Comté de Provence est intégré au Royaume de France en 1481.





Jean et Magdeleine Magalon sont nés vers les années 1680.
Ils se marient à Guillaumes. Ils ont un fils le 8 janvier 1726, Antoine ; puis une fille, Marie Élisabeth, née le 24 avril 1727. Ce dernier accouchement ce passe mal : Magdeleine meurt le lendemain. 


Le 6 février 1750, Antoine Magalon épouse Marie Marguerite Rancurel, fille d'Antoine Rancurel et d'Anne-Marie Lieutaud. La bénédiction est donnée en la chapelle Notre-Dame des Neiges du Clot d'Ouillon (au bord du Var, juste en amont de bourg ; cette église a disparu peu après, peut-être dans les crues du Var ; ne pas confondre avec l'église Notre-Dame des Neiges du hameau d'Amé).
Leur fils Jean-Baptiste naît le 3 janvier 1751.

Rectification de frontière (1760) 

En 1760, pour une fois qu'ils ne sont pas en guerre, les rois de France (Bourbon) et de Sardaigne (Savoie) se mettent en tête de rectifier leur frontière commune. La commune de Guillaumes est alors détachée de la Provence. L'avantage est économique : si la frontière suit les voies de communication naturelles, les marchandises pourront circuler plus aisément sans que les habitants aient à rendre des comptes à des douaniers plusieurs fois par jour. L'inconvénient, c'est que les gens doivent s'adapter à des changements administratifs. Heureusement, bien que la langue officielle des États de Savoie soit l'italien, le français reste localement la langue administrative (jusqu'à 1860).
À présent, dans les environs de Guillaumes, toute la rive gauche du Var est donc réunie dans le Comté de Nice.


En couleur : les communes passées de la France aux États-Sardes en 1760.

Né français, Jean-Baptiste est maintenant sarde. Le 9 mai 1780, il épouse Rosalie Boutin, fille de feu Antoine Boutin et d’Élisabeth Fruchier, de Saint-Martin-d'Entraunes. Saint-Martin-d'Entraunes était une commune du Comté de Nice : les deux familles ont donc été rapprochées par le changement de frontière.

Leur fils Jean Antoine naît le 28 mars 1781.

Invasion française (1792)

Le Comté de Nice est détaché des États-Sardes en 1793 et forme le département français des Alpes-Maritimes (tout le Piémont sera réorganisé en département français dans les années 1800, sous Napoléon).

Le 14 juin 1802, Jean Antoine Magalon épouse Marie Rose Mengeaud. Tous deux sont cultivateurs à Bouchanières, hameau d'origine de la mariée (Menjaud, Toche...).

Jean Dominique, naît le 8 avril 1803 ("18 germinal de l'an 11").


Église de Bouchanières (photo Valery Trillaud)

Restauration sarde (1814) 

En 1814, le traité de Paris rétablit la frontière de 1792 : le Comté de Nice, Guillaumes compris, est donc restitué à la Maison de Savoie.

Jean Dominique est propriétaire et cultivateur à Bouchanières.
Le 13 mai 1833, il épouse Marie Marguerite Thérèse Lions.
La mère de la mariée (Cazon, Lance...) est originaire de Barels, un autre hameau de Guillaumes, très isolé.

Jean Antoine meurt le 2 avril 1836.



Arrondissement et commune de Guillaumes dans le Dizionario generale geografico-statistico degli Stati Sardi (Turin, 1855) :
     


Le village moderne, sur la rive gauche du Var et au pied du château des comtes de Provence.

Naissance d'Amable Antoinette Magalon, *18.01.1854 (Bouchanières, Guillaumes ; acte de naissance du jour à la paroisse St-Roch),

Naissance d'un deuxième enfant : Natal.

Rattachement à la France (1860)

C'est le 4e changement de souveraineté en 100 ans !

Antoinette est domestique à Digne, puis nourrice à Thorame Basse. Elle y rencontre Julien Auguste Vial, cultivateur au hameau de La Bâtie. Elle l'épouse le 3 novembre 1873. Antoinette était de citoyenneté sarde à la naissance, mais elle est française au moment de son mariage.

En 1872, les Magalon résident à Bouchanières, quartier des Hivernasses (n° 10), avec leur fils Natal âgé de 15 ans.
Jean Dominique Magalon meurt le 24 juillet 1874, et Marie-Thérèse le 23 avril 1881.


 
La haute vallée du Var. - Les ruines du château de Guillaumes surplombant le vallon du Tuebi.

 

      
À gauche : un pont de 1912 (785 m d'altitude), emprunté par le tramway de 1923-1929, puis par la route ("le pont de la Mariée").                                                                                                  

     

    




Retour à l'index Europe 1815