Gennadij Juškov

Юшков Гень
(Геннадий Анатольевич Юшков, 1932-2009)




Poèmes

La patrie

La patrie, c’est le bras de ta mère,
Où après la tétée, repu, tu sommeillais.
La patrie, c’est un conte de ta grand-mère,
Passé comme une pie, pareil à la souris.
La patrie, c’est une prairie,
Où la première fois, las, tu t’es réchauffé.
La patrie, c’est comme un coteau,
Où, dans la vie, avec quelqu’un tu t’es uni.
La patrie, c’est un combat pour le bonheur,
Qui, dans la mémoire des gens, ne s’éteint pas.
La patrie, c’est ce qu’il nous est impossible
D’échanger ou de vendre.

Чужан му

Чужан му сiйö мамыдлöн сой,
Пöттöдз нёнясьöм бöрын кöн сывкмунлiн.
Чужан му
сiйö бабыдлöн мойд,
Катша кöяöн шыр кыдзи кывтлöма.
Чужан му
сiйö туруна видз,
Кытöн первойысь мудзöмысь пöсявлiн.
Чужан му
сiйö нёровтчöм кыдз,
Кытöн кодкöдкö нэм кежлö лöсялiн.
Чужан му
сiйö шуд вöсна кось,
Йöзлöн паметьын кодi оз чусавлы.
Чужан му
сiйö,  мый оз позь
Вежны ни вузавны.

Le gars de l’Izhma

Ballade

Voici qu’un coup de feu assourdit la taïga.
On vit alors surgir un jeune partisan.
On voulut le faire parler, l’interroger, —
Il se tut, ainsi que s’il n’entendait rien.

Alors on lui ôta vêtements et chaussures,
Le porta sur la berge, aux rives de l’Izhma ;
On creusa dans la glace un trou de largeur d’homme,
Et en le menaçant on reprit les questions :

« Où sont les autres gars, enfin vas-tu le dire ? »
Il secoua la tête, et n’ouvrit point la bouche.
« Il faudra bien le dire, on va te refroidir ! »
Ainsi promirent-ils… et l’endroit était vide.

Le gars sauta dans le trou noir, et sans retour,
Et ne se livra pas à la peine et la honte.
 

Изьваса зон

Баллада

Лыйсьöмысь пармаыс чунавлiс тан.
Веськалiс белöйлы том партизан.
Юасьны кутiсны, перйыны кыв, —
Чöв олiс, быттьöкö нинöм оз кыв.

Пöрччисны вывсьыс сэк паськöм и кöм,
Нуисны горулö, Изьваыс кöн;
Кодйисны йи пырыс морт тöрмöн розь,
Ыршасиг панiсны выльысь допрос:

«Мукöдыс кытöнöсь, висьталан он?»
Пыркнитiс юрнас, эз калькнитлы вом.
«Висьтавны ковмас, тэд петкöдлам пуж!»
Кöсйисны эськö... да местаыс куш.

Сунгысис зонмыд сьöд йирö, эз пет,
Мучитны-пежавны асьсö эз сет.

« Nous sommes les Komis !… »

Nous sommes les Komis !
Nous sommes les sapins au cœur de la taïga,
Les branches du bouleau,
Qui jamais ne fléchissent.

Nous sommes les Komis !
Nous sommes les rivières au cœur de la taïga.
Mais l’eau de ces rivières
Elle est potable et pure.

Nous sommes les Komis !
Nous sommes les abris au cœur de la taïga,
Toujours ouverts aux gens de bien :
Viens, le prix n’a pas d’importance.

Nous sommes les Komis !
Nous sommes le sous-bois au cœur de la taïga,
Et tout à la fois doux,
Et taciturnes,
Et irascibles !

«Ми комияс!..»

Ми комияс!
Ми
пармашöрса козъяс,
И некор огö куснясьлöй,
Кыдз росъяс. 

Ми комияс!
Ми
пармашöрса юяс.
А  юясыдлы
Сöстöмлун и туян.

Ми комияс!
Ми
пармашöрса чомъяс,
Век восьсаöсь бур мортлы:
Лок, эн донъясь.
 

Ми комияс!
Ми
пармашöрса вöрыс,
И  öттшöтш  мелiöсь,
И зумышöсь,
И скöрöсь!

La pivoine

Au fleuv’ se jette un ruisseau,
      Un ruisseau :
Là-bas pousse la pivoine,
      La pivoine.

Pour un collier, c’est trois-quatre,
      C’est trois-quatre,
Qu’il faut de fleurs de pivoine,
      De pivoine.

Attends, mon gars, un instant,
      Un instant.
Cherchons tous deux la pivoine,
      La pivoine.

J’reviens clopin et clopant,
      Et clopant,
Chez moi j’rapport’ la pivoine,
      La pivoine.

Je n’ai plus qu’une seul’ pensée
      Seul’ pensée :
Mon compagnon de pivoine,
      De pivoine.

Маръямоль

Визув юö петö ёль,
Петö ёль.
Быдмö сэтöн маръямоль,
Маръямоль.

Сикöтш вылö куим-нёль,
Куим-нёль.
Колö дзоридз маръямоль,
Маръямоль.

Муса зонмöй, энлы коль.
Энлы коль.
Кыкöн корсям маръямоль,
Маръямоль.

Локта гортö гиль да голь,
Гиль да голь.
Вая сьöрысь маръямоль,
Маръямоль.

Сöмын унасö ог доль,
Ме ог доль.
Кодкöд вотi маръямоль,
Маръямоль.
Le poème ci-dessus, mis en musique par Vaclav Mastelica (Вацлав Мастеница), a été chanté notamment par Viktoria Pystina avec l'ensemble Zarni Jol, par l'ensemble folklorique Parma, par A. Orlov (А.Орлов), etc.
J'ai imité le rythme, mais je n'ai pas pu restituer la rime unique (-ol') qui termine chaque vers.

...
...

Chansons et autres poèmes

Samovar

Ni l’an passé ni celui-ci
Mon samovar ne m’a servi.
Qui donc servir, et à quoi bon,
Quand on est seule à la maison ?

Il y a bien quelqu’un en bas,
Dont j’aime la douceur des bras.
Il vit tout seul mais, quand j’y pense,
Jamais ne m’a fait des avances !

Je vais le voir, folle de rage,
Pour me venger de cet outrage.
J’ui dis, tu croupis là en bas,
Tu peux mourir, je viendrai pas.

J’ui dis, j’ai bien quelques richesses :
Mes bras et jambes le confessent.
Je n’ai p’t-êt’plus tout mon salaire,
Mais je n’suis pas une sorcière.

J’ui dis, je ne vais pas me rendre,
Un aut’que toi saura me prendre,
Dans un appartement à nous,
Mais je ne te dirai pas où.

J’ui dis, j’aurai un nid tout doux,
Et toi tu n’auras rien du tout !
Et puis je rentre à la maison,
Pour qu’il médite son action.

Va-t-il longtemps tergiverser ?
Le téléphone va-t-il sonner ?
Quoi qu’il en soit, l’année qui vient
Mon samovar servira bien.


Самöвар

Кольöм во ни таво ар
Эг нин пуктыв самöвар.
Кодлы пуктан, вöчан бур,
Керкаад кö öтка юр?

Кывтыдпомын эськö эм,
Кодлöн киыс небыд мем.
Абу жö нин корöсь гоз,
А вот коравнытö — оз!

Ветла да вот скöрмöда,
Асьсö водзöс йöрмöда.
Мися, нитшсялöмыд сэн,
Ог и волы, кув кöть эн.

Мися, эм жö менам дон,
Киöй-кокöй аслам тон.
Коркöя кодь абу мед,
Эг на ёма гуысь пет.

Мися, оз на лолöй пöд,
Тэ кодьыд мен сюрö мöд.
Патера и быдöн и,
Но ог висьтав, кытöнi.

Мися, лöсьöдла на поз,
А вот тэнад — лолö-й оз!
Сэсся гортö муна дай,
Чукрасьö мед ассьыс пай.

Дыр-ö öтнас больöдчас?
Гашкö-й, войнас гольöдчас?
Кöть мед мый, а таво ар
Пуктыла на самöвар.





Biographie

Né le 14 mars 1932 à Krasnaja (Красная), dans la commune de Chasovo (Часово) de la région administrative de Syktyvdin.

Il publie son premier poème en 1952, dans la revue «Войвыв кодзув» (L'Etoile du Nord).

En 1958, il devient conseiller littéraire de l'Union des écrivains de République de Komi, puis secrétaire de la rédaction de la revue «Войвыв кодзув» et vice-président du Conseil d'administration de l'Union des écrivains komis, où il jouera un rôle important jusqu'à 1992.

Gennadij Jushkov est entré dans le monde des lettres dans les années 1950, en abordant à la fois la poésie, la prose et le théâtre.

Recueils de poèmes : "La première conversation", "Les sons de la vie", "La chemise propre", "Les germes du coeur", "Poème", etc.

pièces de théâtre (comédies) :
montées avec succès au théâtre d'Etat académique Victor Savin.
Ses pièces sont caractérisées par la diversité des caractères et par la représentation des particularités nationales du peuple komi.

Dans le développement de la prose komie, G. Jushkov occupe une place à part : à la fin des années 1970, il a publié un vaste roman épique, Chugra (Чугра), qui reconstitue un panorama de la vie du peuple komi, de son identité nationale et sa situation historique.

G. Jushkov est avant tout un écrivain rural. Il s'intéresse à la vie du village, à ses secrets, à ses soucis, à ses peines... Le paysan komi est au centre du roman "Рoдвуж пас". Dans le roman "Бива" («Огнивница»), Jushkov évoque la vie des anciens Komis.

Dans ses récits et nouvelles, G. Jushkov explore des problématiques sociales et morales propres au peuple komi (cf. les recueils "La femme du village de Viljad'", "Le droit à la vie", "L'âme vivante" et "L'itinéraire").

Les ouvrages de Gennadij Jushkov ont été traduits en russe et diffusés en Russie.


Bibliographie



Poèmes traduits du komi (zyriène) par Sébastien Cagnoli (2007) et reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteur.
Source pour les textes originaux : Юшков Г. А., Нёль небöгö öтувтöм гижöд чукöр, Коми небöг лэдзанiн, Сыктывкар, 2001 (Т.4 : Кывбуръяс. Сьыланкывъяс. Пьесаяс. ISBN 5-7555-0735-Х).

© 2007
Retour à la littérature komie
contact :