ŒNOGÉNÉALOGIE


On peut rechercher ses ancêtres dans les cimetières ou sur les champs de bataille... mais on peut aussi les rechercher dans les vignobles :


Les régions sont indiquées en vert : Piémont, Comté de Nice, Provence, Languedoc, Bourbonnais, Lorraine, Barrois. 


 


https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/62/Argent_a_chief_gules.svg/200px-Argent_a_chief_gules.svg.png

Montferrat, jusqu'aux années 1740

Région de contact entre les Étrusques et les Celtes, le Montferrat connaissait déjà le vin au Ve siècle av. JC. Au début du XVIIIe siècle, les Cagnoli sont paysans à Castel Rocchero, en haut Montferrat. Le marquisat puis duché de Montferrat est un fief du Saint-Empire jusqu'à 1708, date à laquelle il est absorbé dans le duché de Savoie. Situé entre les villes de Nizza Monferrato et d'Acqui Terme, le village de Castel Rocchero est au cœur d'une contrée essentiellement viticole.

La famille quitte la région sous le règne de Charles-Emmanuel III (vers 1740) lorsque Michele est envoyé à Villefranche (Comté de Nice, États de Savoie) pour servir dans les galères royales.

Aujourd'hui, les vignobles du haut Montferrat sont partagés entre les provinces d'Asti et d'Alexandrie (Piémont, Italie). Beaucoup sont protégés par des appellations contrôlées (DOCG) : Barbera d'Asti, Barbera del Monferrato, Dolcetto d'Acqui, Grignolino d'Asti, Freisa d'Asti, Asti spumante, Brachetto d'Acqui, Moscato d'Asti...
Dans les années 2010, un jeune Matteo Cagnolo, diplômé de l'Istituto Umberto I (Alba), est d'ailleurs œnologue au domaine Araldica, toujours à Castel Rocchero.

Cépages : barbera, braquet, freisa, grignolino, dolcetto, muscat, cortese...


Comté de Nice, jusqu'aux années 1870

La cueillette du raisin est attestée à Nice dès le Paéolithique ; l'élaboration du vin par les Ligures pourrait remonter à l'époque du commerce avec les Phocéens (Ve s. av. JC). Au début du XIXe siècle, les Laugier & Lautier sont cultivateurs propriétaires à Brancolar, sur les collines de la commune de Nice (États-Sardes). Leurs terres sont plantées de vignes, d'oliviers et d'agrumes. En 1872, les vignes couvrent toujours plus de 30% de la superficie du quartier de Brancolar.

La propriété familiale sera lotie et construite à la fin du XIXe siècle dans le cadre de l'urbanisation des campagnes niçoises.

Aujourd'hui, sur les collines de Nice, il ne reste plus que le vignoble de Bellet, protégé par AOC depuis 1941. La commune est aussi susceptible de produire des vins de pays des Alpes-Maritimes et de Méditerranée.

Cépages : folle noire (négrette), braquet, rolle (vermentino), grenache...


 

Provence, jusqu'aux années 1770

Région ligure colonisée par les Celtes, la Provence a sans doute connu la culture de la vigne à partir de l'arrivée des Phocéens à Marseille au VIe siècle av. JC. Au début du XVIIIe s., les Farnoux sont "distillateurs de vin" à Carnoules (Provence, Royaume de France).

Jean Joseph Farnoux émigre à Nice vers 1780.

Aujourd'hui : AOC "côtes-de-provence" (depuis 1977), vins de pays des Maures, du Var et de Méditerranée.

Cépages : grenache, mourvèdre, cinsault, tibouren, syrah, clairette, rolle (vermentino), ugni blanc...

Languedoc, jusqu'aux années 1740

En Languedoc aussi, la viticulture existait déjà à l'époque celto-ligure (avant l'arrivée des Romains). Au début du XVIIIe siècle, les Falgas sont traditionnellement tonneliers ("faiseurs de cercles") à Saint-Gervais, sur la Mare, un petit affluent de l'Orb, dans les contreforts du Massif Central (Languedoc, Royaume de France).

La lignée prend fin avec la guerre de 1744-1748 : soldat dans le régiment des Dragons du Languedoc, le jeune Matthieu Falgas est envoyé à Nice, où il restera.

Aujourd'hui : vins de pays de la haute vallée de l'Orb, de l'Hérault et d'Oc.

Cépages : syrah, grenache, cinsault, carignan ; chardonnay, sauvignon blanc, muscat, vermentino...


Bourbonnais, jusqu'aux années 1820

Au XVIIIe siècle, Gilbert, Laurent, Ménat, Metenier... sont de vieilles familles de paysans, notamment laboureurs à Montord et à Cesset, ou encore vignerons à Chassignet (commune de Chareil). Ces villages se trouvent à proximité de Saint-Pourçain, dans la plaine de Limagne (Bourbonnais auvergnat), région viticole du haut bassin de la Loire. La viticulture y était sans doute déjà pratiquée par les Arvernes, bien avant la conquête romaine.

La lignée se termine avec Gilbert Gilbert, qui s'installe en ville (Moulins) dans les années 1820.

Depuis 1830, Chassignet fait partie de la commune de Chareil-Cintrat, dont les vignobles sont protégés depuis 2009  par l'AOC "saint-pourçain". On peut y produire aussi des vins de pays du val de Loire.

Cépages : gamay, pinot noir, chardonnay, sacy, sauvignon.


Lorraine, jusqu'aux années 1780

Mouchette, de Bouxières-aux-Chênes (coteaux du Plateau lorrain, Duché de Lorraine, Saint-Empire) et de Faulx (Grand-Couronné), vignerons à Essey-lès-Nancy.

La lignée prend fin lorsque Claude Mouchette quitte la Lorraine pour le Bourbonnais à la Révolution française.

Aujourd'hui, les vignes du pays de Nancy ont totalement disparu (phylloxera, Première Guerre mondiale...). Les plus proches sont celles de Toul ou de Moselle.

Cépages : ...


Barrois, jusqu'aux années 1750

Triconville, vignerons et manouvriers à Seigneulles (coteaux du plateau barrois, Duché de Bar, Saint-Empire). C'était également une grande région viticole, jusqu'à ce qu'elle soit ravagée par le phylloxera et par la Première Guerre mondiale...

Vers 1760, pendant la Guerre de Sept Ans, Nicolas Triconville quitte la région pour s'établir en Bourbonnais.

Aujourd'hui, les vignes du Barrois ont totalement disparu. Les plus proches sont celles de Champagne (Vitry-le-François) ou de Toul.

Cépages : pinot...



Aller à l'arbre interactif complet